"Consultation" du 11 mars...
Article mis en ligne le 10 mars 2009
Imprimer logo imprimer

Consultation... piège à pigeons...

Nous venons d’être informés que mercredi 11 mars sera une matinée banalisée pour « consultation » à propos de la réforme de la classe de seconde...

Le ministre Darcos déclarait il y a peu : « La plupart des mesures que je prends ne servent que d’habillage aux suppressions de postes... ». Ces propos ont le mérite de la clarté : le problème du gouvernement est simple : comment adapter le système éducatif aux 11500 suppressions de postes de 2007 et aux 13500 de cette année... qui en annoncent d’autres !
« Je ne serai pas le ministre de l’hésitation nationale » fanfaronnait-il il y quelques semaines... avant de devoir faire faire marche arrière face à la mobilisation lycéenne. Pour autant le gouvernement persiste dans sa volonté de nous imposer ses projets. Fin décembre N. Morano, déclarait : « La réforme du lycée se fera, je vous le dis droit dans les yeux... », ce que Sarkozy lui-même confirmait quelques semaines plus tard. Nous ne sommes pas naïfs et nous savons bien que le gouvernement s’empressera de s’assoir sur ce qui pourrait s’exprimer contre ses projets lors de cette « consultation »... ou de se prévaloir des quelques avis favorables qu’il pourrait y trouver ...
Soyons sûrs que tout ce qui y sera dit pourra être retenu contre nous... il suffira dans la synthèse (filtrée) de ne retenir que ce que le ministre attend. C’est cousu de fil blanc.

Il s’agit d’enrober le projet dans de vagues considérations pesudo-pédagogiques. Le ministre a déjà utilisé la technique : il ne cesse de faire valoir (ce que vous retrouvez dans la lettre d’accompagnement) « les points de convergence entre le ministre de l’Education nationale et les représentants des syndicats », points qui sont censés servir de cadre à la « consultation ». Précisons simplement que SUD a refusé de signer ces « points de convergence »... qui étaient la première étape de la stratégie gouvernementale dont nous n’étions pas dupes (puisqu’elle avait été menée également lors de la « réforme » des retraites de 2003, avec la version du « diagnostic partagé ») !
Nous ne ferons pas semblant de croire qu’une « bonne » réforme du lycée peut être menée par un tel gouvernement et que celui-ci serait disposé à nous écouter...
Qui accepterait une consultation proposée par B. Madoff pour placer ses économies, ou un entretien pré-opératoire avec le Dr Maure ? (Michel Maure, chirurgien esthétique autoproclamé, a été condamné en septembre dernier à trois ans de prison ferme).

Souvenons-nous également : il y a quelques années, en novembre 2003, après une mobilisation du secteur de l’Education, nous avions eu droit à un « grand débat sur l’école »... vaste mascarade qui avait pour but unique de permettre au gouvernement de l’époque (dont le ministre de l’intérieur était ...N. Sarkozy, et le ministre délégué aux affaires scolaires... un certain X Darcos !...) de se refaire une image d’ouverture... Nous ne sommes pas (encore) atteints d’Alzheimer. On pourra relire utilement un article du Monde du 15/11/03 qui semble avoir été écrit hier !

Hasard du calendrier, le 11 mars sera une journée de « Résistance » dans l ’Education, (mouvement qui s’est développé dans le primaire qui a vu des collègues -courageux- écrire des lettres de Résistance à leur administration pour déclarer leur refus d’appliquer les mesures Darcos). De 11 au départ en Charente ils sont maintenant une centaine ! Un vrai mouvement se développe dans les écoles. Ils appellent à un rassemblement devant l’IA à Angoulême, le 11 mars à 17h30. Soyons nombreux à leurs cotés !
Un petit geste de résistance dans le secondaire consisterait au minimum à ne pas accepter de jouer les figurants d’un très mauvais film...
Refusons cette manipulation et posons pour préalable à tout débat le rétablissement des 25 000 postes supprimés depuis deux ans.

Faute de réponse sur ce point, ne nous prêtons pas au jeu, dont nous serions inévitablement les perdants.

Concrètement nous invitons les collègues à signer collectivement une motion datée du 11 mars (qui attestera de leur présence et s’opposera à tout retrait de salaire...), « Les soussignés posent pour préalable à toute réforme le rétablissement des 25000 postes supprimés », et à ne pas participer aux « débats » sous tutelle ministérielle.

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2019 © SUD EDUCATION 16 - Charente - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.77.12
Hébergeur : Ouvaton.Coop