Déclaration liminaire CDEN 17/02/2014
Article mis en ligne le 21 février 2014
Imprimer logo imprimer

CDEN du 17 février 2014
Déclaration liminaire de SUD Education Charente

La rigueur budgétaire en marche depuis de longues années et accompagnée par les gouvernements successifs a déjà mis à mal le système éducatif dans la gestion de ses moyens : RASED supprimés, postes en moins, effectifs surchargés, dans le premier comme dans le second degré. Les échéances électorales qui interviennent cette année ajoutent une ombre supplémentaire au tableau. Le devoir de réserve dont doivent faire preuve les responsables administratifs de l’EN empêche la communication des moyens précis (heures ou postes), ajoutés ou retirés, dans les départements et les académies. Il est donc impossible d’avoir une lecture significative des
ouvertures ou fermetures de postes et classes.
SUD Education tient à dénoncer ce manque de transparence qui a pour but d’empêcher toute mobilisation qui viendrait s’opposer à d’éventuelles décisions prises en défaveur des élèves, des parents et des personnels.
Outre cette manipulation politique, force est de constater que sur le terrain, de nombreux problèmes subsistent.
En premier lieu, les méthodes employées par certains responsables de l’institution lorsqu’ils sont saisis par des enseignants sur la problématique de la prise en charge, en maternelle, d’enfants dont les parents ne les récupèrent pas à l’heure.
Sur cette question de dépassement de la quotité de service des enseignants-es de maternelle, la tonalité adoptée par le représentant de l’institution pour dire simplement que les enseignant-es devaient s’en tenir à leur obligation de service n’est pas acceptable.
Une solution a t-elle du reste été proposée aux collègues concernés-es ?
Concernant la pseudo-concertation sur l’aménagement des TAP dans les écoles maternelles de Cognac ou Confolens, la décision est revenue à la collectivité de rattachement, faisant fi des propositions qui avaient été demandées aux enseignants-es des écoles concernées et des choix votés en Conseil d’Ecole.
SUD Education dénonce une fois de plus cette mascarade qui ne fait que renforcer chez les parents et nos collègues, l’idée que tout est ficelé à l’avance et que toute consultation ne vise qu’à acheter la paix sociale chez les enseignants et les usagers.
En outre, ces deux exemples témoignent aussi de l’abandon de l’Education par l’Etat au profit des collectivités de rattachement, ce qui constitue déjà une source d’inégalité entre les territoires et les élèves.
Enfin, certaines écoles ne souhaitent pas mettre en place la réforme des rythmes scolaires, voire souhaitent revenir sur ce dispositif quand elle l’ont intégré. La Charente n’échappera pas à cette tendance.
En plus de la difficulté que rencontrent certains parents pour la prise en charge de leurs enfants sur ces temps-à, sans qu’il y ait parfois d’autres solutions à leur proposer, outre les conséquences sur le temps de travail des enseignants et sur la gymnastique nécessaire pour que la construction des temps d’intervention des intervenants extérieurs des TAP puisse être cohérente, se pose une question
de fond, celle du financement à terme des activités périscolaires.
L’aide de l’Etat n’est effectivement prévue que jusqu’en 2015.
Après, les communes devront auto-financer cette réforme. Pour beaucoup, ce sera mission impossible à moins de demander plus aux contribuables ou de mettre à mal certains autres domaines qu’elles ont en charge.
Dans le souci de rationalisation des moyens et d’économie d’argent public qui reviennent comme un leitmotiv dans les propos des responsables de notre institution, quelle réponse est faite aux communes et à leurs administrés-es sur ce sujet ?
Comme d’autres secteurs de la fonction publique, l’Education est aujourd’hui sacrifiée et abandonnée peu à peu par l’Etat. Les postes qui, en apparence, sont injectés ne sont que le corollaire de ceux détruits dans d’autres services publics (impôt notamment). Les réformes mises en place soi-disant pour apporter plus aux élèves n’ont d’autres objectifs que ceux de transférer aux collectivités locales les compétences de l’état en matière d’éducation et de remettre en cause, à terme, les statuts et missions des personnels.
SUD Education ne manquera pas de combattre ces projets et participera à toutes les mobilisations à venir pour garantir sur l’ensemble du territoire, une équité pour tous les élèves dans ce que l’école peut leur offrir.

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • cden_du_17_fevrier_2014_declaration_liminaire.pdf
  • 64.6 ko / PDF

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2019 © SUD EDUCATION 16 - Charente - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.77.12
Hébergeur : Ouvaton.Coop