Info du 08 avril
Article mis en ligne le 8 avril 2014
Imprimer logo imprimer

50 milliards d’économie : les grands perdants...c’est nous !

Gel du point d’indice des fonctionnaires, coup de frein sur les prestations familiales, durcissement des droits au chômage en fin de période, baisse de la dotation des collectivités locales....
Non ce n’est pas le programme de la droite pour les prochaines élections, ce sont les mesures qu’envisage de prendre le gouvernement Hollande/Valls pour pouvoir contrebalancer les 50 milliards de cadeaux faits au patronat.
http://www.lesechos.fr/journal20140407/lec1_france/0203423099663-les-pistes-du-gouvernem-ent-pour-trouver-les-50-milliards-d-economies-662572.php
Nous allons donc tous être les grands perdants de ce tour de vis. Précaires, sans emploi, fonctionnaires, salariés-es....
Rien d’étonnant à ce que la contestation, à défaut de se faire dans la rue aujourd’hui, se fasse dans les urnes et porte l’extrême droite aux commandes de certaines mairies et dans nombre de conseils municipaux.
Il est donc plus qu’urgent d’organiser la riposte et de faire que cette contestation soit sociale, dans un grand mouvement d’ampleur afin de mettre en place un contre pouvoir digne de ce nom.
Il est urgent de reconquérir la colère de celles et ceux qui cèdent aux sirènes du fascisme et de l’orienter contre les pouvoirs en place.
Solidaires et SUD Educ appellent à un premier RDV à ne pas manquer :
Samedi 12 avril, marchons contre l’austérité. Départ depuis Angoulême en TGV. Nous contacter pour les modalités.

La Ligue des droits de l’Homme viré de son local à Hénin Beaumont :

Le nouveau maire Front national d’Hénin-Beaumont, Steeve Briois, a décidé que la Ligue des droits de l’Homme ne pourra plus bénéficier du local qui était mis à sa disposition par la commune. Il reproche à la LDH d’être politisée et hostile à son équipe.
A celles et ceux qui pensaient que les périodes d’élimination des partis, associations...bref des opposants aux régimes fascistes était du passé, voici la réponse.
Plus que jamais, l’extrême droite doit être combattue.
Solidaires et SUD Éducation seront partie prenante dans toutes les initiatives et mobilisations qui prendront forme pour faire reculer ce poison.

http://www.franceinfo.fr/politique/henin-beaumont-la-ligue-des-droits-de-l-homme-privee-de-son-local-1378233-2014-04-08

Comité technique spécial départemental : une prochaine rentrée placée sous le signe de l’austérité.

Le bilan est cinglant : 18 fermetures de classes en Charente, 101 élèves en plus, 3 créations de postes.
Les politiques d’austérité passées et futures ne sont pas sans conséquence sur le démantèlement des services publics.
L’éducation nationale n’échappe pas à la règle. En Charente, plusieurs écoles en milieu rural vont voir leurs classes fermer. C’est encore un coup dur pour l’offre de services publics dans nos campagnes qui se réduit comme peau de chagrin.
La seule réponse est une mobilisation des parents, élèves, élus et des OS (Organisation Syndicale) pour faire inverser cette tendance et préserver l’offre de scolarisation sur le territoire.
SUD Éducation appelle et soutiendra et participera à toutes les mobilisations qui prendront corps.

Statuts des enseignants du 2nd degré : une réforme oui, mais pas celle-là

Depuis plusieurs mois, le Ministère de l’Éducation Nationale a ouvert le chantier d’une réforme du statut des enseignant-e-s. Après de nombreux groupes de travail, dans lesquels les représentant-e-s de SUD Éducation ont défendu les intérêts des personnels (en demandant par exemple que les missions liées à l’enseignement soient intégrées dans les maxima hebdomadaires ou en refusant que notre hiérarchie puisse nous imposer des modalités de concertation) le projet a été présenté au Comité Technique Ministériel du 27 mars.

Le décret sur les statuts et les missions des enseignant-e-s dans le second degré a été adopté : 5 voix pour (UNSA et SGEN-CFDT), 4 voix contre (SUD, CGT, FO et SNUEP), 6 abstentions (SNES-SNUIPP-SNEP). Il s’appliquera à compter de la rentrée 2015, sauf ce qui concerne l’éducation prioritaire qui s’appliquera à la prochaine rentrée.

Ce décret a le mérite de rassembler dans un même texte les services et missions de tou-te-s les enseignant-e-s des établissements du second degré, qu’ils/elles soient certifié-e-s, agrégé-e-s, PLP, documentaliste ou PE sur postes spécialisés, en poste fixe ou TZR. Pourtant, il présente des insuffisances et des reculs qui nous ont conduit-e-s à nous y opposer. Pourquoi Sud éducation a voté contre, nos revendications ici.

60 000 postes dans l’éducation, c’est fini ?

Pour faire des économies, cette promesse présidentielle est sur la sellette, avec un allongement en vue du calendrier.

L’objectif et… la méthode. Le gouvernement doit trouver de quoi économiser 50 milliards d’euros d’ici 2017, comme l’a demandé François Hollande. Au cabinet de Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, on assure désormais avoir trouvé où opérer des baisses de dépenses. Dans la ligne de mire, les fonctionnaires et une promesse en particulier : la création de 60.000 postes dans l’Education nationale. Selon les informations recueillies par Europe 1, cet engagement présidentiel est clairement menacé...

Une question de rythme. Il y a un an, le 13 mars 2013, l’Assemblée nationale votait l’article 1er du projet de loi sur la refondation de l’École définissant les grandes orientations et programmant la création de 60.000 postes. Une promesse du début de quinquennat de François Hollande et de son ministre Vincent Peillon qui devait être tenue d’ici la fin du quinquennat. 25.000 postes ont déjà été créés. C’est un début, mais le compte n’y est pas. "La question, ce n’est pas le nombre. La question, c’est le rythme", confie aujourd’hui un ministre influent du gouvernement. Comprenez : la promesse pourrait être maintenue mais pas d’ici la fin du quinquennat. Une des pistes envisagées est son étalement jusqu’en 2020 par exemple. Lire la suite sur europe1.fr

Sortir du nucléaire :

Vendredi 18 avril à 17h à la MPP :
Atelier : "Transition énergétique et participation citoyenne".

En direction d’élus, de militants associatifs du développement durable et de l’Économie sociale et solidaire. Réservation conseillée au 05 45 92 48 32. Prix libre.
A partir d’exemples aboutis présentés par Guy MARTIN, dont plusieurs parcs éoliens en Bretagne, cet atelier détaillera le montage technique, financier et l’implication citoyenne d’un projet participatif sur les énergies renouvelables.
La présentation sera suivie de questionnements et d’échanges sur la faisabilité d’un projet dans un territoire charentais.

Guy Martin est Co-fondateur et président de la coopérative Enercoop Bretagne depuis sa création en mars 2013. Engagé dans la constitution d’un réseau des sociétés Enercoop. Membre d’une CIGALES dédiée à la constitution du parc éolien partiellement citoyen : "Les landes du Méné" en service depuis juillet 2013.

Vendredi 18 avril à 20h à la MPP :
Conférence débat : Passer à Enercoop*, pourquoi ?

Accès libre - Prix libre
Guy MARTIN détaillera le réseau des Enercoop, sa philosophie et ses offres en invitant les participants à imaginer une traduction concrète pour notre région.
*Enercoop, fournisseur d’électricité éthique et coopératif, propose une offre unique, basée sur l’utilisation de sources d’énergie renouvelables pour la production d’électricité.
Pour ceux et celles qui assisteront à l’Atelier et voudront rester pour la Conférence un grignotage à prix libre sera possible sur place.

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2019 © SUD EDUCATION 16 - Charente - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.77.12
Hébergeur : Ouvaton.Coop