Grève du 26 janvier
Lecture publique Solidaires 16 devant la préfécture
Article mis en ligne le 2 février 2016
Imprimer logo imprimer

Notre action d’aujourd’hui n’est pas un mouvement corporatiste de salariés qui chercheraient à défendre leurs petits intérêts particuliers mais un véritable mouvement de défense de l’intérêt général.

Parce que défendre l’emploi dans la fonction publique, c’est permettre que l’ enfant soit accueilli à la crèche ou à l’école dans de bonnes conditions, que la personne âgée dépendante soit hébergée dans une structure publique sans être contrainte de payer des montants faramineux à des établissements privés, que le malade soit soigné à l’hôpital sans devoir payer de scandaleux dépassements d’honoraires dans les cliniques.

Oui, pour cela, il faut affecter des moyens financiers au service public. Ces moyens existent : des milliards d’euros sont versés au patronat sans contrepartie via le Pacte de responsabilité. Avec quels résultats ? Le président du MEDEF promettait la création d’un million d’emplois, mais les promesses n’engagent que ceux qui les croient, ou comme le gouvernement, font semblant de les croire. Au lieu de cela, ce sont 700 000 chômeurs supplémentaires qui se sont inscrits à Pôle emploi depuis 2012. Voilà la réalité.

Nous tenons ici à affirmer notre totale solidarité avec les salariés du secteur privé.

Parce que les projets gouvernementaux de mettre fin au 35H, de casser le code du travail en généralisant la précarité, de réduire les indemnités chômage annoncent les pires reculs sociaux.

Parce que nous avons les mêmes intérêts et parce que nous refusons d’opposer les uns aux autres. Les reculs que subissent les uns finissent toujours par être imposés aux autres. Souvenons-nous de ce qui s’est passé en matière de retraite. Au bout du compte, nous avons tous perdu.

Nous ne nous laisserons ni diviser, ni impressionner. Nous exprimons ici notre soutien le plus complet aux salariés d’Air France ou encore à ceux de Good-Year lourdement condamnés pour avoir défendu leur emploi alors que dans le même temps les dirigeants de l’ex-SAFT qui ont mis en danger la vie de salariés s’en tirent avec une amende symbolique.

L’ état d’urgence ne nous fera pas taire. Nous refusons de tomber dans ce piège.

Et parce que nous ne gagnerons pas seuls, nous appelons dès maintenant à préparer la suite de cette journée. Nous appelons à construire une mobilisation unitaire privé-public pour faire reculer le grand patronat et le gouvernement qui lui accorde tout ce qu’il demande.

Cette journée n’est qu’une étape. Elle redonne espoir à tous ceux qui luttent, à tous ceux qui n’ont pas renoncé.

Alors nous n’en resterons pas là, nous nous retrouverons tous ensemble, très bientôt. Vous pouvez compter sur nous.

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir

Dans la même rubrique



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2006-2019 © SUD EDUCATION 16 - Charente - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.77.12
Hébergeur : Ouvaton.Coop